map-of-the-world-429784_1920

La perte de gouvernance est une des maladies les plus nocives pour l’entreprise. Bien plus surement que la concurrence ou que le manque d’innovation, elle est capable de réduire à néant des années de travail et d’efforts pour hisser la société à un haut niveau de performance. Cette perte se manifeste généralement par trois symptômes : la hausse des coûts, alors que les indicateurs semblent au vert, les employés qui commencent à quitter massivement l’entreprise alors que jusqu’à maintenant le turn-over était plutôt faible, l’explosion des arrêts maladie au sein des organisations.

Mais qu’est-ce que cette perte de gouvernance ? En fait, la gouvernance est présente dans l’entreprise de manière à s’assurer que la stratégie est bien appliquée et que les règles (que ce soit la loi ou les règles internes de l’entreprise) sont bien respectées. Quand les règles ne sont plus uniformément suivies par les managers, nous avons affaire à une perte de gouvernance. Ceci se traduit par des rapports de force qui s’instaurent alors qu’ils ne le devraient pas (par exemple les achats qui se mettent à décider pour toute l’entreprise) ou par des managers qui font leur propre loi au mépris des règles de code du travail ou des politiques de l’entreprise. Si dans votre structure, les achats sont tout puissants, si ces derniers imposent des choix sans avoir aucune idée des compétences nécessaires et si leur attitude est de toujours sélectionner le moins-disant sans tenir compte des effets de bords au sein de l’organisation, alors vous avez sans doute affaire à une perte de gouvernance (ou une mauvaise gestion des coûts, mais c’est un autre souci). Les managers sont les premiers responsables de la perte de gouvernance, en régnant en maitre absolu sur leurs équipes et en masquant les dysfonctionnements à leur hiérarchie ils mettent en place le premier pavé de la route vers l’échec de l’entreprise : l’art de truquer les indicateurs.

 

Premier symptôme de la perte de gouvernance : La perte des sachants.

Une perte de gouvernance va provoquer un effet « dieu tout puissant » sur un certain nombre de managers. Ils deviennent alors intouchables et se mettent à imposer des règles qui sont à la fois injustes, mais aussi vont parfois à l’encontre du Code du travail. Les syndicats et les ressources humaines ne pourront rien faire contre ces managers. Dès le moment où la perte de gouvernance commence à instiller un environnement de travail difficile pour les employés, vous assistez à des départs. Et ne croyez pas que les plus mauvais qui vont partir. Comme le dit le dicton « ce sont les meilleurs qui partent les premiers ». Vous allez avoir tous les employés qui ont des compétences ou de forts potentiels d’évolution ou de réalisation qui vont partir. Le vrai problème vient du fait que les personnes présentes dans vos équipes, et qui elles vont rester, sont celles qui sont généralement le moins performantes ou qui ont le moins confiance en elles et il va être difficile, voir impossible de leur demander d’assumer le travail de ceux qui sont partis. Vous allez donc devoir faire appel à de la sous-traitance, ce qui va provoquer une explosion des coûts.

 

Deuxième symptôme de la perte de gouvernance : l’augmentation des coûts.

Le départ des sachants va vous obliger à faire appel à de la sous-traitance. Si vous n’en avez pas l’habitude, vous risquez de découvrir que le profil embauché correspond au montant que vous allez payer. Le coût équivalent à la compétence des employés partie va donc être beaucoup plus important que le fait d’avoir conservé l’employé lui même. Par contre, le fait de faire appel à des externes va permettre au manager d’imposer des règles de moins en moins égales au sein de ses équipes. Tel un roi, il va pouvoir récompenser sa « cour » et punir les méchants qui ne veulent pas rentrer dans le rang… Et cela va provoquer des arrêts maladie en chaine.

 

Troisième symptôme de la perte de gouvernance : les arrêts maladie.

Les employés arrivent souvent à bien résister au stress à partir du moment où ils possèdent la reconnaissance de leur encadrement et de leurs collègues. Or, dans le cas qui nos occupe, une partie des collègues sont partis pour un endroit où l’herbe sera plus verte, et le management ne leur témoigne aucune reconnaissance. De plus, la charge de travail a très certainement augmenté, car tout ne peut pas être confié à des externes. Tous les éléments sont donc présents pour provoquer un burn-out ou une dépression nerveuse. Les arrêts maladie s’enchainent les uns derrière les autres et il est nécessaire de faire appel à de plus en plus de sous-traitants pour que le travail soit réalisé correctement.

 

Mais comment sortir de cette spirale infernale ?

La solution ne peut que venir de la direction de l’entreprise. Il faut savoir qu’à terme, cette perte de gouvernance peut provoquer la destruction totale de l’entreprise. Face à une perte de gouvernance, la seule solution va être de mettre en place des structures de contrôles qui ne seront pas sous la coupe des managers, mais qui seront pilotées par des personnes indépendantes, voir par des externes. Ne passez pas par les achats pour sélectionner les personnes qui vont réaliser ces contrôles et mettez-en œuvre les recommandations. Si vous avez réellement affaire à une perte de gouvernance, dites-vous que votre management vous ment et vous masque la réalité. Retrouver un mode de fonctionnement normal va sans aucun doute passer par la sanction d’un certain nombre de dirigeants. L’avis de vos employés est vital pour cela. Contactez ceux qui sont partis de manière à connaître la véritable raison de leur départ. Allez parler avec les équipes sans passer par le management et sans prévenir personne en particulier. Reprenez contact avec le terrain hors du filtre du management. Une fois que vous aurez pu vous faire votre idée, vous pourrez facilement identifier les personnes à écarter.

L’étape suivante sera de mettre en place des structures de gouvernance qui permettront de savoir si les règles sont respectées dans l’entreprise. Elles auditeront en permanence les différentes équipes et travailleront avec les RH pour savoir s’il existe des dysfonctionnements.

D’une façon générale, il sera difficile de sortir d’une perte de gouvernance, mais cela n’est pas impossible. Par contre, vous allez sans doute devoir faire de forts choix. Si vous êtes une victime d’une perte de gouvernance, n’espérez aucun secours de la part de votre entreprise. Protégez-vous au mieux et essayez de changer de structure.